Deux piliers pour manager dans l’incertitude

compléxité

Manager dans l’incertitude, c’est à la fois le titre du livre d’Olivier Tribondeau (2013) redécouvert dans ma bibliothèque et la période particulièrement complexe et inédite que nous vivons en ces temps de Covid-19.

Or, la complexité n’est pas propre à notre situation actuelle ; elle est de tous les temps. Et voilà, qu’aujourd’hui les choses s’accélèrent, nous prennent par surprise et nous amènent à devoir penser autrement et donc à intégrer cette notion dans nos entreprises.

A travers cet article, je vous propose d’explorer ensemble ces notions d’incertitude et de complexité pour mieux les mettre au service de votre management à travers deux piliers.

L'incertitude

incertitude

Pour mieux comprendre ce qu’est l’incertitude, elle est souvent opposée au risque.

En effet, si le risque lui est prévisible et gérable, l’incertitude, elle, est inédite et inattendue.

Comme, nous évoluons aujourd’hui davantage dans une société cartésienne, analytique et prédictive, l’incertitude peut donc générer un sentiment de peur, car elle n’est justement pas contrôlable.

Par conséquent, en cherchant à contrôler ce qui nous entoure, nous nous privons des bénéfices de l’expérimentation que nous offre, quelque part, l’incertitude.

Et en même temps, notre société est avant tout systémique c’est à dire que notre environnement influe sur nos organisations et inversement. Aussi, si laisser la place aux possibles ne s’apprend pas à l’école, il me parait important de l’apprendre sur les bancs de la vie : être attentif à ce qui nous entoure et apprendre à lâcher prise. Et c’est bien à cela que l’incertitude nous amène.

Ainsi, l’incertitude peut apparaître comme une contrainte pour le manager. Elle peut devenir en fait une opportunité dans un mode complexe et appeler à porter un autre regard sur la situation. Et si au lieu de vouloir maitriser le risque, nous avancions plutôt par essai/erreur pour nous adapter plus rapidement au contexte ?

En effet, accepter l’incertitude, la complexité, c’est accepter l’évolution, les opportunités de progrès, de créativité. C’est rester simple et souple dans son quotidien, et avoir confiance en soi, en l’autre, aux autres.

En quelque sorte, décider et agir dans la certitude de l’incertitude.

La complexité

complexité

La complexité, c’est simplement l’enchevêtrement de liens entre les composantes de l’environnement et l’environnement lui-même.

La mayonnaise par exemple est un système complexe. En effet, je vous mets au défi de reconstituer les éléments de base de celle-ci une fois réaliséeJ.

La crise que nous traversons est tout comme la mayonnaise : il va nous être difficile de retrouver notre environnement d’avant la crise.

Une crise, comme celle que nous traversons, c’est de la complexité à gérer.

Il est intéressant de voir qu’en chinois, le mot crise contient deux notions : danger et opportunité. Deux mots qui peuvent paraître antinomiques et en même temps fort à propos.

La crise est là et il convient de composer avec, d’où l’opportunité de faire autrement et parfois l’obligation de changer pour survivre.

D’ailleurs, nombreuses sont les entreprises sur notre territoire qui se sont réinventées et qui ont réaménagé leur système de production pour fabriquer masques et gel hydro-alcoolique ; les entreprises qui prennent l’initiative de mettre leur temps au service d’autrui ne pouvant le mettre dans leur entreprise compte tenu d’un chômage imposé.

La crise, donc la complexité, comme l’incertitude, nous conduit à désapprendre pour apprendre, à arrêter de penser de la même façon, à maîtriser notre stress pour conserver une pensée claire favorisant une prise de décision différente.

Selon Darwin «  l’espèce qui survit n’est pas celle qui est la plus forte, c’est celle qui s’adapte ». Alors adaptons-nous pour survivre individuellement et collectivement. Individuellement, qu’allons-nous faire différemment demain après le confinement ? Comme hier ? Ou un demain différent nouveau et encore inconnu ? Beaucoup d’entreprises voient leur marché se transformer et s’interrogent pour repenser demain et panser aujourd’hui. Et vous, qu’allez-vous faire que vous ne faites pas encore ?

Et alors me direz-vous, comment gérer l’incertitude ? Comment penser dans la complexité ? Comment apprendre à voir le complexe ? Comment manager la complexité et l’incertitude ?

Deux piliers pour manager dans l’incertitude et la complexité

2 piliers pour manager incertitude et complexité

STOP ! Et si un des premiers axes à prendre en compte était de mettre le « comment » de côté et de s’intéresser au « pour quoi ». Et si, donc les questions à se poser étaient plutôt : qu’est ce que l’incertitude nous amène à regarder que nous ne voyons pas (encore) ? En quoi la complexité est un atout si nous y prêtons attention ? Pour quoi inclure ces notions de complexité et d’incertitude dans nos façons d’accompagner nos équipes ?

Les réponses pourraient être en deux mots celles du SENS et de la CONFIANCE.

Ces deux piliers pour manager dans l’incertitude peuvent être mis en place et être développé dans vos organisations dans ce contexte liant incertitude et complexité.

La question du SENS

Et si, l’idée première de tout cela était de remettre du sens dans nos actions ? Selon vous, alors, quel type de leader cette situation exceptionnelle vous permet-elle de développer ?

Quelle vraie question avez-vous besoin de vous poser aujourd’hui pour construire demain ?

La question de la CONFIANCE

Un autre élément clé que je vous invite à prendre en compte est celui de la confiance.

En effet, dans l’incertitude, c’est la posture du dirigeant/du manager qui fait la différence : incarner l’empathie, la bienveillance, prendre de recul, rester ouvert, à l’écoute, humble, confiant ….

« Le faire est révélateur de l’être » JP SARTRE

Dans ce contexte, la confiance est indispensable. Elle se créée en allant au devant des personnes, en communiquant, en s’impliquant, en accordant plus encore d’autonomie aux collaborateurs ce qui va maintenir et renforcer la culture d’entreprise.

A présent, là où l’incertitude peut créer une envie de contrôle, je vous propose de vous appuyer sur la confiance et sur les relations interpersonnelles.

Et vous, de quelles façons votre management exprime-t-il déjà la confiance ? Que pouvez-vous faire pour aller plus loin ?

 

En conclusion, 

nous avons vu que l’incertitude a toujours fait parti de notre quotidien dans notre environnement de toute façon complexe. C’est une opportunité d’aller de l’avant, de créer du nouveau de façon récurrente et à tous les niveaux d’un système en y impulsant sens et confiance.

Et si c’était en fait une alliée ? Faisons de cette réalité notre force d’aujourd’hui et de demain.

En tant que dirigeant et/ou manager, aujourd’hui plus qu’avant, votre rôle n’est-il pas de gérer l’incertitude et la complexité, tout en veillant à développer une culture de la confiance et du sens, et révéler ainsi le manager systémique présent en vous ?

2 réflexions au sujet de « Deux piliers pour manager dans l’incertitude »

  1. Merci beaucoup Catherine, j’aime beaucoup le mariage de tes deux piliers sens et confiance. Oui, je suis complètement en phase avec Toi: faire comme avant sera même immoral. Soyons dès aujourd’hui le monde que nous voulons demain. A très Bientôt. Claude.

    1. Merci Claude pour ton partage. De mon coté, je réfléchis déjà à faire différemment en donnant davantage de sens à mes actes pour un demain différent d’aujourd’hui! A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *